Lorsqu’il a fait le choix difficile de fuir l’Ouganda, à la suite de l’adoption de la loi draconienne anti-LGBTQ+, le militant Henry Mukiibi s’est demandé : « Qu’ai-je laissé derrière moi ?

L’homophobie en Ouganda fait des ravages

Mukiibi, directeur exécutif de la Fondation ougandaise Children of the Sun (COSF) du groupe LGBTQ+, est en fuite et vit dans la capitale kenyane, Nairobi, depuis le début de cette année, après avoir reçu des informations selon lesquelles les autorités de son pays voulaient l’arrêter en vertu de la nouvelle législation anti-homosexualité.

La loi anti-homosexualité, promulguée en mai et qui prévoit la peine de mort pour certains actes homosexuels, a déclenché un torrent d’abus contre les personnes LGBTQ+ dans le pays . Plusieurs individus homosexuels ont été arrêtés . D’autres, dont Mukiibi, ont réussi à s’échapper alors que leur gouvernement a promulgué l’une des lois anti-LGBTQ+ les plus sévères au monde.

Mukiibi dit à PinkNews que la situation en Ouganda est pire qu’elle ne l’a jamais été. Les services du COSF, qui fournissent des soins de santé, une assistance juridique ainsi qu’un hébergement aux personnes vulnérables, notamment aux membres de la communauté LGBTQ+, ont été affectés par la législation.

Mukiibi dit avoir vu des gens devenir « tellement homophobes » qu’ils « ont commencé à attaquer » les membres du comité du COSF, « les battant à cause de qui ils sont ». Il ajoute : « Ce que nous avons fait, c’est demander à leurs proches de les amener à la clinique et nous leur fournissons des services de santé pour qu’ils soient soignés.

Henry Mukiibi a fui l’Ouganda

En vertu de la loi ougandaise contre l’homosexualité, les personnes homosexuelles risquent la prison à vie, voire la peine de mort, dans les cas d’« homosexualité aggravée », qui peuvent inclure des relations sexuelles avec une personne mineure ou vulnérable, des relations sexuelles alors qu’elles sont séropositives ou des relations sexuelles avec une personne vulnérable. inceste.

Toute personne qui défend simplement les droits LGBTQ+ pourrait être condamnée à 20 ans de prison , et les personnes qui louent à des personnes LGBTQ+ risquent jusqu’à sept ans de prison. Mukiibi dit que la vie est vraiment dure à Nairobi en attendant d’être réinstallé dans un autre pays. Tout en craignant pour sa propre sécurité, il pense toujours à la communauté LGBTQ+ qui tente de survivre en Ouganda.

Même avant l’adoption de la loi anti-homosexualité cette année, les personnes LGBTQ+ étaient confrontées à de graves discriminations en Ouganda.

L’Ouganda était déjà l’un des nombreux pays africains où il est illégal d’être homosexuel et a promulgué une loi anti-homosexualité en 2014. Les tribunaux l’ont invalidée, même si le fait d’être LGBTQ+ reste illégal en raison de la législation précédente, selon Human Rights Watch .

Le sentiment anti-LGBTQ+ est répandu dans ce pays d’Afrique de l’Est, le président Yoweri Museveni qualifiant les personnes homosexuelles de « déviantes » et les responsables gouvernementaux attaquant les groupes axés sur les homosexuels .

La police a utilisé le COVID-19 comme prétexte pour effectuer une descente dans les installations du COSF pour la communauté LGBTQ+ , accusant les résidents de ne pas respecter les règles de distanciation sociale. De nombreux membres de la communauté LGBTQ+ ougandaise ont cherché refuge au Kenya, pour y découvrir également qu’ils y sont victimes de discrimination.

Dhalie Bulyaba, directrice de l’initiative familiale mondiale de Safe Place International, a décidé de quitter l’Ouganda et de se rendre au Kenya parce qu’ils « voulaient trouver un endroit qui ne [les] interrogerait pas sur la façon dont ils s’habillent, ni ne leur demanderait d’explications. sur la façon dont [ils] s’identifient ». Mais ils se sont rendu compte que demander l’asile et faire appel aux autorités « oblige à sortir » des personnes LGBTQ+.

Un crime d’être homosexuel au Kenya

Les personnes LGBTQ+ sont criminalisées au Kenya et les activités sexuelles homosexuelles entre hommes sont passibles d’une peine maximale de 14 ans d’emprisonnement. En septembre, des centaines de manifestants anti-LGBTQ+ se sont rassemblés devant la Cour suprême du pays pour protester contre sa décision de réaffirmer le droit d’association de la communauté queer et de former des organisations non gouvernementales.

Bulyaba adore « essayer de réfléchir à des problèmes généraux et de conduire un changement systémique », et ils sont aussi passionnés par la lecture et la cuisine que par le plaidoyer. « Il y a toujours du temps dans ma journée pour prendre un café et interpeller ces politiciens et les systèmes qu’ils tentent de promouvoir », ajoutent-ils.

Ils soulignent également que la persécution des personnes LGBTQ+ africaines ne vient pas uniquement des forces conservatrices du continent : des groupes britanniques et américains sont en partie à l’origine de cette persécution.

Safe Place International Dream Academy

Sulah Mawejje, directeur national de la Safe Place International Dream Academy au Kenya, affirme que la Banque mondiale et d’autres organisations « doivent être plus proactives et moins réactives » car elles savent que les mouvements anti-LGBTQ+ en Afrique sont financés par des organisations étrangères.

«Pourquoi ont-ils attendu que ce projet de loi anti-homosexuel soit adopté avant d’imposer des sanctions et d’essayer de tenir tête au gouvernement ?» il demande.

« Nous aurions pu éviter que des personnes soient contraintes de fuir et d’être contraintes de suivre le processus très difficile de devenir réfugié. »

Mawejje, interprète à temps partiel pour le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, ajoute qu’il est « bien plus qu’un réfugié, une personne qui a été confrontée à une discrimination indescriptible » en fuyant l’Ouganda.

« Il y a une autre facette de moi, comme celle de beaucoup de réfugiés, que les médias n’abordent pas : je suis la vie du parti », dit-il. «J’aime être audacieux et relever des défis.»

Danny Kronstrom

Reporter

A propos de l'Auteur

DANNY KRONSTROM est reporter pour Agayri.net. Découvrez ses plus récents articles. Contact : info@dannykronstrom.com

Voir les Articles