Sophie Ellis-Bextor parle à PinkNews de son passage en tant que juge invitée sur Drag Race UK , des raisons pour lesquelles elle est reconnaissante que le drag soit devenu courant et de sa collaboration de Noël avec Save The Children.

L’importance de la communauté LGBT dans sa vie

L'importance de la communauté LGBT dans sa vie

Nous sommes début novembre et malgré la pression croissante des publicités télévisées et des vitrines des magasins, beaucoup d’entre nous refusent toujours d’admettre que Noël approche à grands pas. Pas Sophie Ellis-Bextor , cependant : la star britannique de la dance-pop, auteur et animatrice de podcast a Noël en tête depuis août.

«Je suis déjà complètement immergée dans Noël dans ma tête», raconte-t-elle à PinkNews. Pour commencer, la chanteuse et héroïne de la pandémie a prévu sa tournée Christmas Kitchen Disco , qu’elle empruntera sur la route du 23 novembre à la mi-décembre.

De Drag Race aux amis

Sophie promet que le spectacle présentera « tous les meilleurs aspects d’une fête de Noël » – pensez aux arbres, aux chapeaux de fête, aux « bois de cerf » et, bien sûr, à une dose malsaine d’airs de Noël. «J’ai également pensé à y mettre certaines de mes chansons», dit-elle en riant.

Deuxièmement, au cours de l’été, elle a commencé à travailler avec la marque de vêtements Chinti & Parker pour créer un pull de Noël, inspiré de son célèbre tatouage « Famille », pour la journée du pull de Noël de Save The Children, le 7 décembre.

Lorsque nous parlons, elle appelle depuis un centre Save The Children à Londres, où elle a passé la journée à participer à des groupes de soutien parental, un pour les papas et un pour les enfants ayant des besoins éducatifs spéciaux.

Sophie a cinq enfants, tous des garçons, avec son mari, le bassiste de The Feeling, Richard Jones. « Je peux parler d’expérience directe de l’importance de la communauté lorsque vous êtes un nouveau parent. Je pense qu’on peut se sentir assez isolé », admet-elle.

« C’est très important, dans tous les aspects de votre vie, d’avoir une communauté de personnes qui se surveillent les unes les autres. C’est une chose puissante.

La star est devenue l’une des ambassadrices de l’organisation en 2018. Elle soutient également l’association caritative de recherche sur les naissances prématurées Borne, suite à la naissance prématurée de deux de ses fils, ambassadrice de l’Ovarian Cancer Action, et travaille avec l’association caritative pour les enfants Lumos et l’association caritative contre le VIH mothers2mothers.

Elle s’exprime également sur les problèmes sociaux, ayant apporté son soutien à la communauté LGBTQ+, en particulier à la communauté trans , lorsque cela était le plus nécessaire.

Alors, pourquoi pense-t-elle qu’il est vital d’utiliser sa plateforme pour soutenir les causes qui lui tiennent à cœur ?

« Je suppose que la question serait probablement plutôt pourquoi pas ? Je ne connais pas d’autre façon d’être avec les choses. C’est une chose très naturelle à faire », dit-elle.

Grâce à son statut de célébrité, elle a pu rencontrer des gens de tous horizons, traversant toutes sortes d’épreuves – des homosexuels manifestant lors des événements de la fierté aux enfants orphelins en Ukraine .

« Même des choses comme faire mon podcast [ Spinning Plates ] signifie que je peux m’asseoir à la table avec les gens et avoir des conversations sur d’autres expériences de vie.

« C’est un peu l’expérience d’être humain. Nous partageons tous la planète en même temps. Cela fait du bien de sympathiser avec les gens.

Sophie a beaucoup parlé de l’amour qu’elle a reçu de la part des fans LGBTQ+ en échange de sa présence durable et solidaire, mais regarder la foule sur son set au festival de musique queer Mighty Hoopla plus tôt cette année était bouleversant.

Debout sur scène, vêtue d’une mini-robe argentée irisée et d’une épaule à franges orange, elle se souvient avoir « un peu pleuré » en regardant la foule.

« Surtout avec la communauté LGBTQ+, c’est drôle, cela a toujours été une partie importante de ce que je fais, et je ne pense pas que je serais le genre d’artiste que je suis sans cette relation », admet-elle.

Aujourd’hui âgée d’une quarantaine d’années, elle a l’habitude de voir des homosexuels plus jeunes dans le public. « Je ressens une véritable affection et – j’espère que personne ne me dérangera de le dire – mais un sentiment assez maternel. C’est vraiment spécial pour moi.

Il y a une place particulièrement chaleureuse dans son cœur pour les artistes de drag . Le mois dernier, elle a été juge invitée de la cinquième saison de Drag Race UK et a consacré un épisode de son émission de radio BBC Sounds , Kitchen Disco, uniquement à la lecture de chansons utilisées comme synchronisation labiale de Drag Race UK .

Lorsque la version britannique de l’émission a été confirmée en 2018, Sophie a directement téléphoné et a demandé à être juge invitée. « Une grande partie de ma musique est influencée par la même culture qui a porté les drag queens. Il y a beaucoup de croisements. Beaucoup de choses résonnent vraiment », explique-t-elle.

En fait, c’est une drag queen très célèbre et très connue en particulier qui a « changé » sa façon de se produire sur scène.

« Alyssa Edwards faisait quelques concerts avec moi en Australie , il y a sept ou huit ans », dit-elle.

« L’engagement absolu et la conviction de performance que les drag queens peuvent avoir lorsqu’elles entrent sur scène sont phénoménaux, et je regardais Alyssa. Jusqu’au bout des doigts, chacun d’entre eux était entièrement engagé dans l’interprétation de la chanson. »

Alyssa, dit Sophie, lui a appris à enfiler une « armure solide » sur scène.

“Ce qui a toujours été très marquant dans Drag Race , ce sont les histoires qui se cachent derrière et la vulnérabilité.” C’est probablement pourquoi, selon elle, la série a trouvé autant un public d’adolescentes que d’adultes queer.

Dans l’ensemble, le drag a apporté de la joie dans la vie de Sophie et de sa famille : elle a regardé l’ épisode Drag Race UK sur lequel elle a été jugée avec deux de ses fils, âgés de sept et quatre ans.

«C’est tout simplement fantastique que le drag fasse désormais autant partie du courant dominant. Nous prenons cela un peu pour acquis, mais ce que RuPaul a fait avec cette émission est incroyable.

Même jusqu’à ses costumes, du fard à paupières vert scintillant dans sa vidéo “Murder on the Dancefloor”, à sa magnifique tenue de Mighty Hoopla, le drag a eu une influence “massive”. Elle ne porte pas toujours un pull de Noël.

« À la grande horreur de mes fils, j’ai de plus en plus confiance en moi à mesure que je vieillis », dit-elle en riant.

Noël dans la maison Ellis-Bextor est toujours une période chargée. C’est elle, Richard, les enfants, sa mère, son frère, sa sœur et la famille de Richard, ainsi que ses voisins et amis. « Je suis un peu pie, donc je pense que Noël, c’est juste… c’est assez extra », sourit-elle.

Ils commencent par ouvrir les bas, terminent par un martini au vin chaud, « et voient ce qui se passe entre les deux ». Lorsqu’elle partira en tournée, nul doute qu’Alyssa Edwards sera dans ses pensées, s’assurant qu’elle reste… aussi campée que Noël.

Danny Kronstrom

Reporter

A propos de l'Auteur

DANNY KRONSTROM est reporter pour Agayri.net. Découvrez ses plus récents articles. Contact : info@dannykronstrom.com

Voir les Articles