Un nouveau projet de loi visant à interdire les thérapies de conversion doit être débattu au Parlement, bien que la question soit absente du discours du roi.

Thérapies de conversion

Thérapies de conversion

Le projet de loi bipartisan « Interdiction des thérapies de conversion (orientation sexuelle et identité de genre) » a été annoncé comme ayant été tiré au sort en premier lors du scrutin de la Chambre des Lords, jeudi 9 novembre.

Présenté par la vice-présidente du Groupe humaniste parlementaire multipartite, la baronne Burt de Solihull, le projet de loi interdirait globalement cette pratique néfaste s’il reçoit un soutien suffisant. La thérapie dite de conversion fait référence aux tentatives de groupes ou d’individus anti-LGBTQ+ de modifier par la force la sexualité ou l’identité de genre d’un individu, ce qui est impossible.

Vers une loi l’interdisant

Au Royaume-Uni, la plupart des pratiques de thérapie de conversion sont généralement ancrées dans des croyances religieuses anti-LGBTQ+. Le groupe de défense des droits humains Humanist UK a salué l’introduction du projet de loi et l’annonce de son débat au Parlement, affirmant que cette pratique peut entraîner « des cicatrices mentales durables, des automutilations et même le suicide ».

Kathy Riddick, directrice des affaires publiques et de la politique de Humanist UK au Royaume-Uni, a déclaré : « Après l’amère déception liée à son omission dans le discours du roi, nous sommes très heureux de voir qu’une interdiction des thérapies de conversion sera finalement débattue au cours de cette session parlementaire. »

Un communiqué de presse concernant le premier discours du roi Charles II ne faisait aucune mention d’une interdiction des thérapies de conversion après que le Premier ministre Rishi Sunak ait subi des pressions pour qu’il mentionne un projet de loi.

La controverse pour certains

« Les personnes LGBT continuent de subir des préjudices alors que le gouvernement hésite sur les mesures à prendre », a poursuivi Riddick. « Nous tenons à féliciter la baronne Burt pour son initiative visant à faire bouger les choses.v« Nous espérons que les parlementaires des deux chambres s’engageront à interdire ces pratiques nuisibles et sans valeur. »

Cela fait plus de cinq ans que le gouvernement a annoncé pour la première fois son engagement à interdire les thérapies de conversion sous l’ancienne première ministre Theresa May. Après des années d’inaction et plusieurs premiers ministres, le gouvernement a affirmé en janvier 2023 qu’un avant-projet de loi serait publié. Mais près d’un an après l’annonce, plusieurs groupes de défense des droits LGBTQ+ ont condamné le Parlement pour les retards persistants dans la publication du projet de loi.

Danny Kronstrom

Reporter

A propos de l'Auteur

DANNY KRONSTROM est reporter pour Agayri.net. Découvrez ses plus récents articles. Contact : info@dannykronstrom.com

Voir les Articles